Archives de catégorie : La vie des CAF

Mon premier sanglier a l’arc

Troisième saison de chasse à l’arc : le plein d’émotions !

C’est un archer heureux qui partage avec vous ces quelques lignes de récit ! Mon 25eme permis de chasse est celui de ma troisième saison à l’arc, au petit gibier en plaine dans un groupe d’amis et au chevreuil dans la petite société de village où j’ai eu la chance d’être intégré par un archer expérimenté qui m’a beaucoup appris.

Tout commence le lundi 15 octobre : enfermé au bureau par un temps splendide, la frustration m’amène à poser une journée de congé pour le lendemain afin de profiter de cette météo clémente. Première activité de ma liste d’occupations : partir avec mon arc dans le bois en espérant voir des animaux, l’approche est une technique qui m’a souri l’année dernière au chevreuil alors pourquoi pas tenter ma chance. Après avoir avancé discrètement pendent une petite heure dans le bois je sens soudain une odeur de sanglier ! Je tends l’oreille et j’entends remuer dans les feuilles à quelques dizaines de mètres. C’est un animal, mais quoi ? Je n’ai jamais vu de sanglier dans ce village mais je sais qu’un groupe a séjourné tout l’été à proximité ; alors pourquoi pas.

C’est alors que commence une approche que je trouve difficile car je ne connais pas bien cet endroit de la forêt qui est très accidenté et chargé en taillis, je sens et j’entends des animaux sans les voir, mais ils sont là tout proche, comment vais-je faire ? La plus grande difficulté c’est ces feuilles sèches qui font trop de bruit à chaque pas que je fais. Alors je décide de ne pas avancer beaucoup, de peur d’être repéré et faire fuir le ou les animaux sans chance d’armer mon arc. Je progresse très lentement en faisant des pauses à chaque arbre qui me sert de cachette, puis décide de ne pas aller plus loin et attendre patiemment qu’un animal se montre. Je finis par apercevoir une queue noire qui se balance : je vais peut-être enfin avoir une occasion de flécher un sanglier..

Puis d’un coup un gros sanglier apparaît, et avance dans ma direction, il est face à moi à une douzaine de mètres. Oh m… je n’avais pas prévu d’en avoir un de face. Avec une arme à feu pas de difficulté, mais là je ne tirerai pas un gibier à l’arc de face. J’ai peur qu’il me voie, qu’il me sente, puis là il se tourne légèrement m’offrant presque une pose de trois quart. Je pense que je n’aurai pas mieux, et ça fait plusieurs secondes que je tiens immobile mon arc armé, avec mon cœur qui bat fort, l’adrénaline est très élevée, le stress aussi et la scène est magnifique. Je tire ma flèche et vois l’empennage fluo dans la masse noire en même temps que j’entends un bruit caractéristique. Il part vite mais s’arrête une dizaine de mètres plus bas et bat des pattes puis s’immobilise. A priori ça sent bon, pas besoin de grimper me réfugier dans un arbre à proximité que j’avais repéré au cas où…

Mais je ne bouge pas, j’applique ce que l’on m’a appris : « tu attends calmement ! Tu iras voir après» et quelques instants après ça bouge encore derrière : des sangliers d’une bonne trentaine de kilos arrivent l’un après l’autre , j’en vois six ou sept mais trop loin et pas de fenêtre de tir. Ils n’ont pas su ce qu’il vient de se passer, pourquoi pas tenter un deuxième ?

Je finis par armer et tenter de flécher un des sangliers qui se présente de profil en contrebas à quinze mètres tout au plus. Je suis accroupi, pas pratique pour tirer mais je dois bien me cacher. Ma flèche lui frôle le dos, elle finira dans le sol alors que je visais bien le défaut de la patte avant. Que s’est-il passé ? Hé bien c’est simple, avec toutes ces émotions je n’ai pas pensé à balancer mon bassin pour garder le dos et les épaules en forme de T. J’ai tiré comme si j’avais été debout et à plat, hors j’étais en surplomb de plusieurs mètres. Ce n’est pas grave, le groupe de quelques sangliers a fui en entendant la flèche se planter au sol, tant mieux pour eux.

Je descends voir l’animal prélevé, c’est une belle bête d’environ 80 kilos, on ne le saura pas précisément mais je suis heureux qu’elle ait eu une mort très rapide. J’ai passé l’heure suivante en sa compagnie en attendant une bague de sanglier et un coup de main pour ramener ma prise à la route pour la charger en voiture, impossible d’imaginer déplacer cet animal là seul.

Heureusement les amis venus me prêter main forte m’ont gentiment aidé pour vider et couper des quartiers plus pratiques à ramener chez moi. On retrouvera l’avant de la flèche cassée à 30cm à l’intérieur de l’animal. La trilame très tranchante a fait un boulot remarquable : elle a cassé l’homoplate, coupé tout sur son passage dans la zone poumons très vascularisée, quelle efficacité !

C’est mon troisième sanglier de ma vie de chasseur, le premier que je prélève à l’arc. Je savoure la chance que j’ai eu et me repasse en boucle les images de l’action. Je m’en souviendrai toujours.

Je souhaite aux chasseurs à l’arc de pouvoir vivre des moments aussi intenses, c’est pour cela que nous choisissons ce mode de chasse particulier et exigeant qui apporte des émotions semblables à celles d’un jeune chasseur réussissant à tuer son premier lièvre ou sa première perdrix. Que la chasse à l’arc nous apporte encore beaucoup de bonheur.

Julien Coquempot –  Décembre 2018

2003-2018 CAF fête ses 15 ans !

            

Pour marquer cet évènement, le Conseil de CAF vous convie le 13 Janvier 2013 à sa soirée anniversaire à partir de 20h00, Salle Blaise Cendrars (en face de la Mairie) , rue du pavé au Tremblay-sur-Mauldre (78)

Cette soirée est ouverte à tous les membres de CAF, leurs épouses-compagnes et enfants, que nous serons aussi très heureux d¹accueillir.

Nous y fêterons le 15ème anniversaire de CAF,  et quelques autres évènements. Ce sera également l¹occasion, à mi-saison, de se retrouver dans la convivialité pour échanger et partager autour de notre passion commune. Nous nous réunirons autour d¹un buffet campagnard, que clôturera,  c¹est de saison, une galette des rois.

Pour des raisons d¹intendance, il sera impératif de vous inscrire pour participer.Vous pourrez le faire, en contactant  :

Olivier de Lannurien
par téléphone : 06 49 77 11 19
par email :  o.delannurien@live.fr

Le Conseil CAF

Mon premier sanglier à l’arc (traditionnel) !

Première saison, quatrième journée de ma vie de chasseur. Rendez vous 8h30 en forêt de Montagis sur un territoire ouvert de 600 hectares géré par l ONF.

Mode de chasse:  Archers uniquement en poussées silencieuses.

Le Matin: Après les habituelles consignes de tir et de sécurité, on se réparti en petits groupes pour se placer en forêt. Dans le secteur qui m’a été attribué, j’essaie de repérer les coulées et place mon treestand sur un arbre qui me parait bien. Début de la traque.

Continuer la lecture de Mon premier sanglier à l’arc (traditionnel) !

Chasse mixte à Crouy sur Ourq. Papy fait de la résistance !

Comme beaucoup d’archers-chasseurs, toujours à la recherche de territoires, j’ai trouvé à Crouy sur Ourq, une association de chasseurs carabiniers qui (belle initiative méritant d’être applaudie), souhaite avoir des archers comme actionnaires et leur fait un prix (il y a encore quelques places, pour ceux que ça intéresse).
Le territoire, d’environ 500 ha, est vallonné et composé de nombreux bois de plusieurs dizaines d’ha chacun.

Continuer la lecture de Chasse mixte à Crouy sur Ourq. Papy fait de la résistance !

Je vous présente mon premier brocard à l’arc !

Je vous présente mon 1er brocard lors de ma deuxième saison de chasse d’été d’archer,
chez Pierro à la Renardiere.En ce samedi 12 août 2017, nous voilà, les 3 copains, partis faire un affut. Je décide d’aller  au 4 carrés , ou j’ai repéré quelques chevreuils le samedi précédent.
J’arrive sur mon poste, préparé la semaine dernière, juste en lisière de bois. Je suis   à genoux sous les branches avec  une averse pour compagnie après quelques heures d’attente.   Continuer la lecture de Je vous présente mon premier brocard à l’arc !

Jean-Bernard …

Nous venons d¹apprendre le décès, de notre ami Jean-Bernard Martin.

Pour les plus anciens à CAF il est inutile de le présenter, mais pour les plus récents il leur faut savoir que JB a fait parti de la poignée d¹archers franciliens, qui en 2003 ont pris leur courage à deux mains, pour créer notre association.

Après le brutal décès de Bernard Aunay, il a pris la présidence de CAF jusqu¹en 2008.

Toujours actif et fidèle à l¹associatif (c¹était sa marque de fabrique)  il se consacrait depuis à l¹ASCA et, avec son épouse Elisabeth, à  l¹ADCGG 78.

Derrière son aspect un peu bougon, on découvrait un JB qui était l¹incarnation même de la générosité, du partage, de la convivialité, toutes les qualités  du chasseur passionné (pas seulement à l¹arc) qu¹il était.

A son épouse Elisabeth, à sa famille nous présentons nos plus sincères condoléances.

Le Conseil CAF

Jamboree des instructeurs FFCA 2017

Cette année c’est votre association CAF, qui a pris en charge l’organisation du JAMBOREE (réunion annuelle) du corps de Instructeurs de la FFCA.

Cette manifestation s’est déroulée les samedi 6 et dimanche 7 mai, dans un très bel endroit, situé à quelques encablures du château de Versailles, dans la plaine éponyme.

Nous avons disposé dans la ferme du Prieuré de Rennemoulin, de très bonnes conditions d ‘accueil, auxquelles il faut ajouter la présence d’un hôte agréable, prévenant et disponible : Benjamin DEVELAY. Manquait juste à l’appel le soleil et un peu de chaleur, mais pour un mois de novembre, on a connu nettement pire !

Nous avions mis en place toute une infrastructure : point d’accueil, salle de conférence avec un pas de tir indoor, un pas de tir extérieur (3D – rabbit) et une salle pour les repas pour le moins originale puisqu’il s’agit d’une ancienne chapelle, qui a été récemment et entièrement restaurée

Une cinquantaine d’instructeurs, représentants plus de 20 associations de chasseurs à l’arc ont participé à ce séminaire. Nous avons eu le plaisir de les recevoir, pour certains les connaître, pour d’autres les retrouver.

Le Jamborée a débuté samedi par une intervention d’accueil du président de CAF. Après avoir remercié la FFCA pour la confiance qu’elle témoigne à CAF en lui déleguant cette organisation, il a tenu à dire combien il a été agréable de travailler avec le propriétaire des lieux. Il a ensuite souligné le rôle et le travail des membres du Conseil de CAF et quelques adhérents pour la réussite de la manifestation, citant plus précisément ceux

( Richard Dudziack, Jean-Eric Azzola et Carine Legoux) qui ont effectué un travail de chien, pour débarrasser la salle de conférence et de tir indoor, de plusieurs dizaines d’années de poussières agricoles accumulées.

Benjamin DEVELAY a ensuite pris la parole pour évoquer les lieux ou il nous recevait, leur histoire peu banale et bien sûr la chasse et la belle population de gibier naturel, qui peuple ses terres.

Enfin Eric De lavenne, le président de la FFCA, lançait le Jamborée, non sans avoir remercié CAF.

Ces 3 demi-journées de travail studieuses furent consacrées, à la définition, au contenu et à la mise en œuvre des FORMATIONS COMPLEMENTAIRES à la JFO.

Samedi en fin d‘après-midi, un temps fort : notre ami Jean-Charles Valladont – vice-champion olympique de tir à l’arc à Rio et membre de CAF est venu parler de son parcours, de sa discipline, de ses projets. Il nous a ensuite fait une démonstration impressionnante de tir olympique (tir à 70 mètres) ou à froid, en toute décontraction et avec une facilité déconcertante, il a enchainé les 9 et les 10. Du grand art.

Un bon diner, convivial a clôturé la première journée.

La matinée de dimanche matin fût encore, pour les participants studieuse et productive avec l’intervention d’Yves Butel qui a commenté son article paru dans le dernier « chasse a l’arc » et ayant pour thème l’optimisation de la flèche de chasse. De nombreux échanges passionnés et fructueux entre les instructeurs ont eu lieu.

Après la traditionnelle photo de groupe et un repas vite expédié tous les participants se sont hâtés de repartir vers la province, leurs familles (et probablement aussi les isoloirs), non sans avoir tous pris le temps de remercier CAF, de son accueil et sa qualité.

LE CONSEIL CAF

Dimanche 19 février 2017, ma naissance d’archer… (enfin je crois !)

La Renardière de Pierrot, j’en adore l’ambiance et en plus aujourd’hui, c’est « spécial archers » : le top.

Le beau temps est au rendez-vous, il fait sec et frais. Aujourd’hui, je n’ai pas pris le treestand, je resterai au sol.  La première battue, je ne vois rien, sauf un lièvre.

Pour la seconde battue, Doudou me poste au numéro 10. Elle est commencée, depuis 15 minutes et encore 2 lièvres qui passent, dommage de ne plus pouvoir les tirer, car ils sont à moins de 15 mètres.

Je sors mon siège, car je commence à avoir des crampes (j’ai bien fait de laisser le treestand dans le coffre).Gros craquement sur la gauche qui attire mon attention, je me lève et me fige comme un piquet.

Un chevreuil passe super vite, trop vite pour me permettre une occasion de tir, mais soudain à moins de 20 mètres, il stop net . Lucarne parfaite entre deux arbres, il semble me regarder ou plutôt elle semble me regarder.

Je ré-estimes la distance et décoche : shlack !!! Je suis dedans et elle démarre.

Elle sera retrouvée à une trentaine de mètres touché sous la colonne, flèche un peu haute à mon goût, mais qui a parfaitement fait son travail. C’est une chevrette de 22 kilos.

IMG_3922

Mon matériel :

  • Arc Bowtech Assassin en 60lbs
  • Flèche Bloodline et lames strick

Un grand merci aux traqueurs de la Renardière et à leurs chiens, ainsi qu’aux membres de CAF qui mon permis de découvrir la chasse à l’arc ses sensations et ses très fortes émotions.

IMG_3928

Sur un nuage, pour un bon moment … je pense.

Nicolas LEBAT.